Philippe Bernard

Né en 1973.

Il a habité 10 ans hors d'Europe. Il est de retour en France en 2006.
Il Travaille par série.

Philippe Bernard joue de la lumière comme d'autres jouent de la musique. Photographe au sens étymologique du terme, il porte un intérêt tout particulier aux données premières du médium photographique et place la lumière au cœur de sa démarche. Ainsi, en 2008, il cesse de retoucher ses images pour se concentrer uniquement sur la prise de vue. Qu'il photographie des objets, des paysage ou des ombres, la réalité n'y est plus figurée. Tout est dématérialisé et rendu à l'état de couleur et de lumière.

Suspension 2.jpg
genre humain #3067.jpg
Nouakchott Opus Incertum 4.jpg
la peau du mur 1.jpg
Suspension 1.jpg
Nouakchott Opus Incertum 3.jpg
la peau du mur.jpg
Nouakchott Opus Incertum 2.jpg
Nouakchott Opus Incertum 1.jpg
martyrs_6948.jpg
martyr_saint-erasme.jpg
martyr_7264.jpg
la peau du mur 3.jpg
capsule_XIV.jpg
la peau du mur 2.jpg
genre humain #520.jpg
PB 1.jpg
genre humain #520 - Copie.jpg
859.jpg
capsule_X.jpg
cayenne_3782.jpg
martyr_7264.jpg
martyr_saint-erasme.jpg
cayenne_3515.jpg
477.jpg
8705.jpg
degeneres9007.jpg
capsule_V.jpg
8046.jpg
cayenne_3532.jpg
6231.jpg
degeneres6541.jpg
degeneres5148.jpg
degeneres8706.jpg

Ces travaux questionnent la nature indicielle de la photographie et par la même notre relation au visible. Ils donnent à voir la primauté de la couleur sur le référent visible (au mieux relégué à la légende). Depuis 2008, je concentre mon travail sur la prise de vue en utilisant l'appareil photo numérique comme un outil pour prélever et déposer de la couleur, sans retravailler les images. Au-delà du rapport dialectique qu'entretient la photographie avec les arts picturaux, ces séries font ressortir les liens que la couleur tisse avec ses processus de mise en œuvre. Ainsi, chaque photographie porte en elle les gestes qui l'ont produite et le propos qu'elle sous-tend

 

 

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

Galerie du lézard , 112 avenue des Paulownias 13600  La Ciotat FRANCE 

© 2012 Corinne Théret